Les petits plus lors d’un salon

Les petits plus lors d’un salon du livre
Il y a beaucoup de concurrence sur un salon du livre et le tout est de savoir comment se démarquer. Attention il s’agit ici de gentille concurrence mais le fait est que vous n’êtes pas le seul à alpaguer le client.
J’ai fait mon premier salon au Valjoly’maginaire en 2014 et j’ai été charmée par tous les auteurs en présence. D’une part parce que leurs costumes étaient ravissants, d’autre part parce que certains avaient mis les petits plats dans les grands.

Les Goodies
Quelle erreur d’avoir oublié mes marque-pages et mes badges ! Je m’en suis voulue énormément, plusieurs personnes m’ont demandé une carte ou un support pour se rappeler de moi et je n’avais rien.
En bref, n’oubliez pas les marque-pages, les flyers, les badges ou autres goodies sur lesquels figurent votre couv, le nom de votre livre, votre nom…

C’est qui ?
J’avais déjà fait deux dédicaces avant d’arriver à Valjoly et à chaque fois j’ai déplié mon Kakemono (ou roll up). Dessus se trouvent la couverture, une phrase tirée de « Kahena », mon nom, site internet et picto des réseaux sociaux. Cette PLV (publicité sur lieu de vente) permet d’attirer le regard et de faire ralentir les gens. Juste le temps pour vous de les accrocher avec un beau sourire et une phrase du style : « Bonjour, vous allez bien ? Vous voulez que je vous présente mon livre ? »

Comment transporter un livre qui pèse presque un kilo ?
« Kahena » pèse un peu moins d’un kilo, autant dire que si vous faîtes une dédicace chez Cultura ou la Fnac, vos lecteurs peuvent emprunter un petit panier. Mais sur un salon il n’y en a pas ! Il faut prévoir le petit sac en papier qui va bien avec votre couleur et pourquoi pas une étiquette sur laquelle est représentée la couverture et le nom du livre. En passant dans les allées, les gens regarderont peut être ce petit sac en se disant « Qui a écrit ça ? ».

Le petit plus du mot dédicacé
Je n’avais pas tout de suite pensé à écrire le nom et l’année du salon dans lequel je me trouvais. Débutants attention, c’est une pratique presque obligatoire visiblement. Il faudra penser à l’ajouter si le cœur vous en dit. J’ai aussi apprécié que les auteurs écrivent leurs dédicaces avec des stylos de couleur, qu’elles prennent presque toute la page et soient écrites en GROS.
J’ai aussi noté l’idée géniale d’une auteure belge aussi douée que distinguée, d’utiliser un tampon de couleur en adéquation avec la couverture. C’était la seule à le faire et ça apporte du cachet.

L’appareil photo
Petite parenthèse pour vous dire de ne pas oublier l’appareil photo ! Il y a vraiment des gens costumés qui ne vous laissent pas de marbre et j’aurais voulu prendre plus de photos. Ce sera pour le salon Fantastique 2014.

Le petit carnet
Je n’avais pas imaginé rencontré autant d’auteurs, de bloggeurs, de visiteurs ou d’artistes. J’ai pris les cartes et les coordonnées de certains mais le problème c’est que j’ai failli tout perdre. Heureusement mon regard s’est porté au sol et j’ai vu que j’avais tout fait tomber. Je me suis préparée un carnet dans lequel j’ai collé les cartes de visite, j’ai écrit les coordonnées ou même des idées que certains auteurs m’ont données (les salons à faire ou ne pas faire par exemple, les webzines ou fanzines intéressantes pour la fantasy).

Le costume
Prévoyez un costume sympas sinon vous ferez tâche… rien à ajouter… et vérifier si vous êtes une femme que vous ne marchez pas sur votre robe tous les mètres.
J’ai adoré les oliphants (cornes vikings pour souffler) de certains et les fausses armes pour les autres. J’avoue avoir acheté un tour de tête en cuir et je réfléchis pour petit à petit acquérir différents accessoires.

Il ne vous reste plus qu’à participer et rencontrer des gens, et pourquoi pas vous faire des amis !

Recent Posts